J’entends couler ma vie

Et je me sens si bien.

Je pense à toi aussi

Qui m’appelle de si loin !

Mes pensées vagabondent

Portées au vent d’été.

Rejoindre enfin ton monde

Avoir l’envie d’aimer.

 

Je regarde passer les heures

Et je rêve en couleur.

Je n’sais pas si tu m’entends

Sur les Hauts de Hurlevent.

Je regarde passer les heures

Et je rêve en couleur.

Dans mon jardin perdu

Je crie souvent « mais où est-tu ? »

 

Où est-tu toi que j’aime ?

Qui est-tu je t’attends !

Où est-tu toi que j’aime ?

Je t’appelle indéfiniment.

 

Je veux sentir ton corps

Qui vient et s’abandonne.

Chanter sur mes accords

Pour que nos vies se donnent.

Dans l’île sous le vent

Tu es là et tu m’attends.

Qui suis-je hors de ce temps ?

Trop rapide pour les amants.

 

Je regarde passer les heures

Maintenant je n’ai plus peur.

Du plus profond de mon sommeil

Tu me dessines des merveilles.

Je regarde passer les heures

C’est ça le vrai bonheur

Juste un simple rendez-vous

Quelques secondes qui changent tout.

 

Texte et musique : Faya Chidekh. Août 2007 ©